Fiche pédagogique 6 : Différences régionales dans le rapport entre graphie et phonie du e final

Objectifs généraux

  • Appréhender de manière inductive, sur la base d’exemples authentiques extraits du texte lu PFC, certaines généralisations sur le e final graphique

  • Aborder le rapport phonie/graphie

  • Se sensibiliser par l’écoute et l’observation ciblée des contextes de e finals à la diversité géolinguistique

Public

Niveaux B1 et B2

Matériel PFC

Extrait du texte lu. Codes locuteurs PFC : 75cab1 (Paris-centre) ; 42ags1 (Roanne) ; 13baa1 (Aix-Marseille) ; 11aal1 (Douzens)

Type de français

Septentrional, méridional, locuteurs des deux sexes, âgés.

Déroulement des activités

Activités :

1) Préparation à l’écoute, repérage des e finals graphiques

2) Considérations phoniques :

Séquence 1 : écoute collective de deux locuteurs

Séquence 2 : consolidation individuelle avec deux autres locuteurs

3) Le e dit muet :

Comparaison Nord/midi

Cas spéciaux de e prononcé en fin de mot  (var. septentrionales)

Activités supplémentaires :

1) Autres ressources d’écoute/observation, à partir du texte lu du site PFC

2) Différentes graphies finales correspondant à e muet : détecter l’homophonie

3) Les différents sons de  : homographie

La phrase du texte lu : considérations graphiques

1) Préparation de l’écoute

a) La phrase du texte lu PFC ci-dessous contient plusieurs occurrences de e finals graphiques ; soulignez-les.

Beaulieu préfère être inconnue et tranquille plutôt que de se trouver au centre d’une bataille politique.

b) Catégorisez chacune des occurrences de e final graphique () en fonction de son contexte par rapport au mot qui le suit, en utilisant les critères suivants :

A indique en fin de mot devant une consonne écrite (_c)

B indique en fin de mot devant une voyelle écrite (_v)

C indique en fin de groupe rythmique / phrase

Beaulieu préfère être inconnue et tranquille

Contexte _v

Catégorie B

plutôt que de se trouver au centre d’une bataille politique

Contexte

Catégorie

Ecoute de la phrase lue  : considérations phoniques

Séquence 1 : écoute collective, sensibilisation à la variation géolinguistique

Fichiers sonores : extrait e final Paris / extrait e final Marseille

1. Ecoutez une première fois la même phrase lue par une Parisienne et une Marseillaise.

Qu’est-ce qui est remarquable ?

2. Indiquez l’origine géographique des locutrices. Recours à une carte de France pour situer les villes de Paris et de Marseille sur ce site par exemple : http://www.cartes-de-france.fr/carte_france.html

3. Ecoutez un à un les extraits sonores des locuteurs et réalisez les tâches suivantes :

a) Rayez dans le texte écrit les e finals non réalisés

Enregistrement : 75cab1 (Paris-centre)

Beaulieu préfère être inconnue et tranquille

plutôt que de se trouver au centre d’une bataille politique

Enregistrement : 13baa1 (Aix-Marseille)

Beaulieu préfère être inconnue et tranquille

plutôt que de se trouver au centre d’une bataille politique

b) Quelles différences phoniques et tendances de prononciation apparaissent dans la lecture de ces deux locutrices, en ce qui concerne la réalisation des e finals graphiques ?

– La dame parisienne …………..

– La dame marseillaise …………

c) Notez-vous d’autres différences de prononciation ?

– La dame parisienne …………

– La dame marseillaise …………

Séquence 2 : Consolidation

1. Ecoutez la phrase lue par un locuteur de Roanne et un locuteur de Douzens, et faites les mêmes exercices que précédemment.

Recours à une carte de France pour situer Roanne et Douzens avant d’écouter les extraits sonores des locuteurs en repérant les départements 42 et 13, sur ce site par exemple :

http://www.cartes-de-france.fr/carte_france.html).

Fichiers sonores : extrait e final Roanne / extrait e final Douzens

a) Rayez dans le texte écrit les e finals non réalisés

Enregistrement : 42ags1 (Roanne)

Beaulieu préfère être inconnue et tranquille

plutôt que de se trouver au centre d’une bataille politique

Enregistrement : 11aal1 (Douzens)

Beaulieu préfère être inconnue et tranquille

plutôt que de se trouver au centre d’une bataille politique

b ) Quelles différences apparaissent dans la lecture de ces deux locuteurs, en ce qui concerne la réalisation des e finals graphiques ?

– Le monsieur de Roanne …………

– Le monsieur de Douzens…………

Le e muet : rapport graphie/phonie

1. Le e graphique sans accent est souvent appelé e muet. Pourquoi l’appelle-t-on « e muet » ?

2. Quelles observations pouvez-vous faire après l’écoute des locuteurs de Paris (75), Marseille (13), Roanne (42) et Douzens (11) ?

Inscrivez vos réponses (e muet/e réalisé) dans le tableau ci-dessous pour comparer leurs réalisations des e finals et tirez vos conclusions.

Loc.

préfère être

être inconnue

inconnue et

tranquille

75

e muet

13

42

11

Loc

plutôt que de

de se

se trouver

75

e réalisé

13

42

11

Loc.

au centre d’une

une bataille

bataille politique

politique

75

13

42

11

3. Quelles paires de locuteurs présentent les mêmes réalisations du e final ?

Paire 1

…………………………………… et …………………………………

Paire 2

…………………………………… et ……………………………………

4. Remplissez la première ligne du tableau avec les villes des locuteurs.

Evaluez en indiquant vrai ou faux les affirmations suivantes :

A : e est muet en fin de mot devant un mot commençant par une consonne (_C)

B : e est muet en fin de mot devant un mot commençant par une voyelle (_V)

C : e est muet en fin de groupe rythmique / phrase

Locuteurs

Affirmations

Nord :

Sud :

A

B

C

5. Ce terme de e muet s’applique-t-il de manière générale à toutes les variétés du français hexagonal ? Illustrez votre réponse.

6. Dans quels cas, parfaitement illustrés par les locuteurs de Paris et Roanne, le e n’est pas muet dans les variétés septentrionales en lecture ?

7. Pensez-vous que dans la langue parlée spontanée, d’autres prononciations avec e muet soient possibles ?

8. Pouvez-vous en déduire deux autres contextes que nous n’avons pas précisés auparavant et qui nous permettraient de comprendre ces exceptions ?

9. Peut-il y avoir d’autres raisons ?

Pour un aperçu de toutes ces observations et commentaires sur les productions des locuteurs, cliquer sur le lien de la présentation Powerpoint conçue à cet effet.

Activités supplémentaires 

1) A partir de ce matériel

A l’aide de l’Alphabet Phonétique International, faire une transcription phonologique de la phrase lue par chaque locuteur. Quels sont les autres traits de prononciation qui les différencient ? (Voyelles orales, voyelles nasales, etc.)

2) Autres ressources d’écoute/observation, à partir du texte lu du site PFC

En se rendant sur le site internet du projet PFC (www.projet-pfc.net), l’enseignant peut facilement, à l’aide du moteur de recherche de la base PFC, constituer d’autres sous-corpus qui lui permettront de répéter les activités proposées ci-dessus.

Il pourra, par exemple :

  • Sélectionner une autre phrase du texte lu contenant des e graphiques finals et comparer de nouveau les quatre locuteurs

  • Faire observer la prononciation de « Marc Blanc » dans le texte lu par ces quatre locuteurs avec la présence ou non d’un e épenthétique

  • Extraire la même phrase lue en faisant varier les paramètres :

    • mêmes variétés mais locuteurs jeunes

    • autres variétés (Belgique, Suisse, Canada, etc.)

  • Faire procéder à l’analyse complète de tous les e finals du texte lu d’un locuteur

3) Les différentes graphies finales correspondant à e muet : homophonie

A partir des transcriptions orthographiques dans la rubrique « Extraits » et d’une écoute synchronisée des enregistrements, faire un repérage des différentes graphies du e muet à la finale des mots. Ci-dessous, un exemple de l’extrait de Roanne.

4) Les différentes prononciations de la graphie finale : homographie

A l’aide du moteur de recherche PFC, faire trouver les mots à la finale graphique –ent (substantifs, adjectifs, adverbes, verbes conjugués à la troisième personne du pluriel) dans le but de sensibiliser les étudiants aux homographes appartenant à différentes catégories grammaticales, et à la finale muette -ent des verbes conjugués à la troisième personne du pluriel. Ci-dessous quelques exemples illustrant les catégories nominales, verbales et adverbiales et trois phonies différentes.

1 Fiche réalisée par Dominique Nouveau.