Nous proposons dans cette rubrique deux définitions de la liaison : la première, minimaliste, pour une première approche du phénomène, la deuxième plus approfondie.

 

  •  Première approche


La liaison est la prononciation entre deux mots d’une consonne finale autrement muette (latente), quand le mot suivant commence par une voyelle. 

Par exemple :

– Seul ou avant le mot « copain », le mot « petit » est prononcé sans [t] final : [pəti].

– Avant le mot « ami », le mot « petit » est prononcé avec [t] final : [pətit]. 

 

alt

Your browser may not support display of this image.

 

(Fougeron 2007) 

On considère que petit est le mot 1et ami le mot 2.

 

  •  Pour aller plus loin


Une liaison est la réalisation à l’oral d’une consonne orthographique finale de mot quand le mot suivant commence par une voyelle. Cette consonne n’est pas prononcée lorsque le mot précède un mot à initiale consonantique ou une pause (ex. un // copain  –   u
n˽ami). 

Plus précisément, la liaison est un phénomène de sandhi externe, relativement rare dans les langues du monde1, qui se produit au niveau de frontière lexicale. La liaison peut être vue comme un processus phonologique caractéristique du français dans lequel la consonne finale de certains mots apparaît en surface en contexte pré-vocalique lorsque les deux mots sont étroitement liés syntaxiquement. Cette consonne, qui n’est donc pas prononcée dans d’autres contextes, est souvent appelée consonne « latente ». 

La connaissance du système graphique du lexique français est donc essentielle pour maîtriser ce phénomène. Toutefois, certains indices peuvent aider l’apprenant à identifier cette consonne. En effet, dans certains cas, on peut la retrouver dans d’autre formes du mot, telles que le féminin (pour les adjectifs, ex. petit -> petite) ou les mots dérivés (auxquels on ajoute un suffixe, ex. petit –> petitesse). 

La difficulté  majeure est que cette prononciation de la consonne latente n’est pas systématique. On distingue généralement les liaisons catégoriques (ou obligatoires), les liaisons erratiques (ou interdites) et les liaisons variables (ou facultatives, optionnelles).  

Voir la rubrique Types de liaisons.


Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name: »Tableau Normal »; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent: » »; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family: »Calibri », »sans-serif »; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family: »Times New Roman »; mso-bidi-theme-font:minor-bidi;} 1 On trouve notamment des phénomènes de sandhi en sanskrit, mais également en anglais, avec le « linking R », ou en italien avec le phénomène de « raddoppiamento sintattico ».