Qu’est-ce que le e muet ?

 

Un problème épineux pour les apprenants du français qui ne date pas d’aujourd’hui..
 
Maurice Grammont, dans son Traité pratique de prononciation française soulignait deux défauts qui selon lui caractérisaient les locuteurs étrangers parlant français :
« Pour tous les étrangers la prononciation de l’e caduc est une des plus grosses difficultés. Ils commencent d’habitude par les prononcer tous. Puis, quand ils ont remarqué que les Français en suppriment un certain nombre, ils se mettent aussi à en supprimer, mais leur choix est rarement heureux. Or, il est moins choquant d’en prononcer un que l’on laisse tomber d’ordinaire dans la conversation, que d’en supprimer un que les Français ne suppriment jamais» (1922 : 7-8) .
 
Hubert Pernot, directeur de l’Institut de phonétique de la Sorbonne, accordait une grande place à la question ardue du e muet dans ses cours d’été qu’il dispensait dès 1925 à un public cosmopolite d’apprenants étrangers. Faisant référence aux lois et contraintes régissant le fonctionnement du e muet, Pernot  préconisait la mémorisation de tous les contextes de chute facultative et de maintien obligatoire :
« Les Français les appliquent inconsciemment, mais les étrangers qui n’ont pas séjourné en France dans leur très jeune âge se trouvent, s’ils veulent parler tout à fait bien notre langue, dans l’obligation de les apprendre théoriquement et de les pratiquer ensuite avec persévérance, jusqu’au jour où ils sont en état de les appliquer sans avoir à y réfléchir » (1929 : 65).
 
Hélène Fouré, ancienne élève de Hubert Pernot, dans un compte-rendu consacré à l’article de ce dernier :
« La faute la plus commune chez l’étudiant étranger est souvent celle-ci : quel que soit le débit de la phrase, il supprime les ə qui se trouvent à la finale, il garde tous ceux qui sont à l’intérieur des mots : sa phrase manque alors de naturel, on entend de suite qu’il n’est pas français » (1932 : 632).
 
Bibliographie
•Fouré Hélène (1932). L’E Muet. The Modern Language Journal, Vol. 16, No. , 632-8.
•Grammont, Maurice (1922). Traité pratique de prononciation française. Paris : Larousse
•Pernot, Hubert (1929). L’e muet (Petite collection de l’Institut de phonétique, fasc. 4). Paris : Didier.

Pour toute remarque/suggestion, contacter D.Nouveau@let.ru.nl